Cas client

Emma : compenser le manque de cours d’anglais dans les études pharma

Quand j’ai rencontré Emma il y a bientôt 2 ans, elle était étudiante en master pharma. Elle avait un niveau B1 en anglais et elle était un peu hésitante à l’oral. Il lui arrivait de commettre des erreurs à cause de certains faux-amis et cela pouvait perturber son interlocuteur.

Photo by Roberto Sorin on Unsplash

L’enjeu

Elle avait bien conscience qu’il est très important de parler anglais dans l’industrie pharmaceutique. En effet, la chaîne d’approvisionnement est très souvent internationale. La plupart des laboratoires pharmaceutiques vendent à des clients ou achètent à des fournisseurs en dehors de France. Dans cette industrie, il y a énormément d’audits et de contrôles pendant lesquels il faut être suffisamment à l’aise en anglais pour pouvoir communiquer efficacement dans ce contexte stressant. La documentation est très souvent en anglais et de nombreuses entreprises n’embauchent que des employés bilingues.

Quel stress pour Emma ! Elle qui n’a pas eu le moindre cours d’anglais pendant ses 3 premières années de licence et seulement une dizaine d’heures pendant son master…

Photo by Thought Catalog on Unsplash

Les débuts

Emma m’a donc demandé de l’aide pour améliorer son anglais, en particulier à l’oral. Nous avons opté pour des cours en visio tous les mardis soir. C’était nécessaire pour Emma qui a déménagé plusieurs fois depuis nos débuts, et partageait son temps entre ses cours à Strasbourg et son alternance à Villefranche-sur-Saône.  

Emma est une bonne élève. A chaque séance, elle prenait consciencieusement des notes et posait des questions pertinentes pour être sûre de bien comprendre. Cela permettait de bien lever ses interrogations et comprendre les éléments de langage que je lui proposais d’étudier.

Nous avons passé beaucoup de temps à discuter de ses études et de son travail pour lui redonner confiance à l’oral et lui apporter le vocabulaire nécessaire à ses discussions de tous les jours. J’aime beaucoup ces discussions avec Emma car cela me rappelle le temps où moi aussi je travaillais dans le service qualité d’un laboratoire pharmaceutique !

Le point faible d’Emma, c’était la compréhension orale. Nous avons étudié de nombreuses conversations et vidéos à propos d’une équipe internationale et nous avons ainsi suivi les avancées de leur projet : les problèmes de communication et d’organisation de l’équipe, la gestion des différences culturelles, le développement du produit, la négociation avec les premiers prospects… Emma a ainsi développé son vocabulaire professionnel informel et travaillé son oreille.

De fil en aiguille

Emma a commencé son premier emploi dans l’entreprise dans laquelle elle a effectué son alternance. Elle a besoin de l’anglais au quotidien dans son travail, et cela ne lui pose pas de problème. Emma est maintenant efficace quand elle s’exprime à l’oral et elle a pris confiance en elle ! Elle se rend compte qu’elle est capable de communiquer avec ses fournisseurs non-francophones et qu’elle les comprend bien. Son entreprise lui fait confiance pour qu’elle participe à des audits et pour qu’elle intervienne en anglais. Félicitations Emma !

Consultez les autres articles pour découvrir d’autres cas clients, mes conseils pour apprendre l’anglais, des règles de grammaire ou des listes thématiques de vocabulaire! Notamment, mes 5 conseils pour apprendre l’anglais en tant qu’adulte.

Pour discuter de votre formation en anglais:

La prononciation en anglais

Dans cet article, vous trouverez mes conseils pour aborder la prononciation en anglais, ce qu’il faut savoir et comment s’améliorer.