Cas client

Emma : compenser le manque de cours d’anglais dans les études pharma

Quand j’ai rencontré Emma il y a bientôt 2 ans, elle était étudiante en master pharma. Elle avait un niveau B1 en anglais et elle était un peu hésitante à l’oral. Il lui arrivait de commettre des erreurs à cause de certains faux-amis et cela pouvait perturber son interlocuteur.

Photo by Roberto Sorin on Unsplash

L’enjeu

Elle avait bien conscience qu’il est très important de parler anglais dans l’industrie pharmaceutique. En effet, la chaîne d’approvisionnement est très souvent internationale. La plupart des laboratoires pharmaceutiques vendent à des clients ou achètent à des fournisseurs en dehors de France. Dans cette industrie, il y a énormément d’audits et de contrôles pendant lesquels il faut être suffisamment à l’aise en anglais pour pouvoir communiquer efficacement dans ce contexte stressant. La documentation est très souvent en anglais et de nombreuses entreprises n’embauchent que des employés bilingues.

Quel stress pour Emma ! Elle qui n’a pas eu le moindre cours d’anglais pendant ses 3 premières années de licence et seulement une dizaine d’heures pendant son master…

Photo by Thought Catalog on Unsplash

Les débuts

Emma m’a donc demandé de l’aide pour améliorer son anglais, en particulier à l’oral. Nous avons opté pour des cours en visio tous les mardis soir. C’était nécessaire pour Emma qui a déménagé plusieurs fois depuis nos débuts, et partageait son temps entre ses cours à Strasbourg et son alternance à Villefranche-sur-Saône.  

Emma est une bonne élève. A chaque séance, elle prenait consciencieusement des notes et posait des questions pertinentes pour être sûre de bien comprendre. Cela permettait de bien lever ses interrogations et comprendre les éléments de langage que je lui proposais d’étudier.

Nous avons passé beaucoup de temps à discuter de ses études et de son travail pour lui redonner confiance à l’oral et lui apporter le vocabulaire nécessaire à ses discussions de tous les jours. J’aime beaucoup ces discussions avec Emma car cela me rappelle le temps où moi aussi je travaillais dans le service qualité d’un laboratoire pharmaceutique !

Le point faible d’Emma, c’était la compréhension orale. Nous avons étudié de nombreuses conversations et vidéos à propos d’une équipe internationale et nous avons ainsi suivi les avancées de leur projet : les problèmes de communication et d’organisation de l’équipe, la gestion des différences culturelles, le développement du produit, la négociation avec les premiers prospects… Emma a ainsi développé son vocabulaire professionnel informel et travaillé son oreille.

De fil en aiguille

Emma a commencé son premier emploi dans l’entreprise dans laquelle elle a effectué son alternance. Elle a besoin de l’anglais au quotidien dans son travail, et cela ne lui pose pas de problème. Emma est maintenant efficace quand elle s’exprime à l’oral et elle a pris confiance en elle ! Elle se rend compte qu’elle est capable de communiquer avec ses fournisseurs non-francophones et qu’elle les comprend bien. Son entreprise lui fait confiance pour qu’elle participe à des audits et pour qu’elle intervienne en anglais. Félicitations Emma !

Consultez les autres articles pour découvrir d’autres cas clients, mes conseils pour apprendre l’anglais, des règles de grammaire ou des listes thématiques de vocabulaire! Notamment, mes 5 conseils pour apprendre l’anglais en tant qu’adulte.

Pour discuter de votre formation en anglais:

La prononciation en anglais

Dans cet article, vous trouverez mes conseils pour aborder la prononciation en anglais, ce qu’il faut savoir et comment s’améliorer.

Cas client

Amine et Camille: partir travailler à l’étranger

Le projet

Amine et Camille sont deux jeunes contrôleurs financiers en couple qui souhaitaient partir travailler à l’étranger. Ils m’ont contactée car ils ne se sentaient pas suffisamment à l’aise pour travailler dans une équipe anglophone et ils souhaitaient que je les prépare à leurs entretiens de motivation en anglais.

Ils avaient tous les deux un niveau B2 en anglais. Le niveau B2, c’est suffisant pour travailler en anglais pour la plupart des métiers. Par contre, il y a encore de la marge pour progresser et pour apprendre. Changer de poste, c’est toujours impressionnant, mais quand la langue de travail n’est pas notre langue native, c’est encore plus difficile !

Les formations

Camille et Amine ont tous les deux effectué une formation en individuel avec Help ! Mon Anglais. Ils ont également participé à plusieurs groupes de discussion pour entrainer leur concentration en immersion et leur spontanéité.

Avec Camille, nous avons travaillé sur la précision de son discours. Je l’ai aidée à sortir de sa zone de confort pour améliorer sa qualité d’expression. Nous nous sommes concentrées sur son entretien de motivation et sur le vocabulaire très utile de l’anglais professionnel.

Avec Amine, nous avons travaillé la qualité du discours et l’intonation. Il est important lors d’un entretien de motivation de parler de manière concise, assurée et claire.

joie de réussir à travailler à l'étranger
Photo by Erwan Hesry on Unsplash

De fil en aiguille

Pendant les 12 heures de formation, nous avons repris toutes les questions de l’entretien de motivation, et effectué plusieurs entretiens blancs. Nous avons étudié des questions tordues « au cas où » pour qu’ils ne soient pas déstabilisés le jour J.  Nous avons également étudié des points de la langue anglaise dont la mauvaise maîtrise se ressentait à l’oral. A la fin de la formation, ils se sentaient tous les deux prêts à postuler pour travailler à l’étranger.  

Aujourd’hui, Amine et Camille ont tous les deux réussi leur entretien en anglais et vivent au Pays-Bas. Ils parlent anglais tous les jours et se sentent beaucoup plus à l’aise!

Consultez les autres articles pour découvrir d’autres cas clients, mes conseils pour apprendre l’anglais, des règles de grammaire ou des listes thématiques de vocabulaire! Notamment, mes 5 conseils pour apprendre l’anglais en tant qu’adulte. Si vous êtes intéressé par une formation en e-learning spécifique à l’anglais de la finance, Gymglish propose un parcours intéressant.

Pour discuter de votre formation en anglais:

Emma : compenser le manque de cours d’anglais dans les études pharma

Quand j’ai rencontré Emma il y a bientôt 2 ans, elle était étudiante en master pharma. Elle avait un niveau B1 en anglais et elle était un peu hésitante à l’oral. Il lui arrivait de commettre des erreurs à cause de certains faux-amis et cela pouvait perturber son interlocuteur. L’enjeu Elle avait bien conscience qu’il… Lire la suite Emma : compenser le manque de cours d’anglais dans les études pharma

Cas client

Tarek : prendre confiance à l’oral en anglais

Le projet  

Tarek est auditeur financier et travaille pour un grand cabinet d’audit. Il avait déjà un bon niveau d’anglais quand il m’a contactée mais il avait besoin de prendre confiance à l’oral en anglais. Il avait obtenu son TOEIC avec un score de plus de 800, ce qui révélait un niveau B2 en compréhension orale et écrite.

Cependant, Tarek était plutôt mal à l’aise à l’oral et perdait facilement ses moyens quand il bloquait sur un mot et souhaitait travailler son anglais parlé. Tarek ne souhaitait pas impliquer son employeur de sa formation en anglais. Nous avons donc organisé une formation CPF personnalisée pour le besoin de Tarek. Les séances ont eu lieu le samedi ou lors de ses journées de télétravail.

Avoir confiance en anglais à l'oral dans le contexte du travail

La formation

Nous avons décidé de faire une formation de 30 heures pour développer son expression orale. Nous avons étudié des structures que Tarek ne connaissait pas bien et n’osait pas utiliser. Le cours se déroulait complètement en anglais et nous avons passé beaucoup de temps à pratiquer le vocabulaire et les éléments de langues à l’oral.

Pour permettre à Tarek d’intégrer ces nouvelles structures à son expression orale, je lui posais beaucoup de questions sur sa vie personnelle. Nous nous inspirions ainsi de situations réelles que Tarek a vécues pour pratiquer les éléments étudiés.

Nous n’avons pas tellement parlé du travail de Tarek. En effet, il parle en anglais régulièrement dans le cadre de son métier et les discussions sont toujours similaires. Tarek maîtrisait bien ce contexte et avait davantage besoin de sortir de sa zone de confort. Nous avons donc utilisé des thèmes très variés comme sujet de discussion : les conseils de grand-mère, les expériences de travail à l’international, nos habitudes de consommation, un article sur un ermite en Écosse…   

De fil en aiguille

La frustration s’est invitée plusieurs fois à nos séances quand les mots ne venaient pas immédiatement. Il a fallu corriger le réflexe systématique de repasser en français pour terminer les explications!

C’est normal de chercher un peu ses mots et de faire de petites erreurs. Ce qui est important c’est de comprendre et d’être compris dans un premier temps. Ensuite, on étudie un concept après l’autre pour corriger les idées fausses, être plus précis dans son expression et moins risquer d’induire en erreur en utilisant la mauvaise préposition ou la mauvaise conjugaison. Cependant il ne suffit pas de l’avoir compris pour utiliser un élément de langage correctement et automatiquement. Une fois qu’on a appris, il faut pratiquer!

A la fin de la formation, Tarek a pris confiance en lui à l’oral en anglais et a appris plusieurs nouveaux outils pour enrichir son expression. Il est conscient qu’améliorer son anglais demande du travail. Il est également conscient qu’il doit saisir les opportunités pour pratiquer. C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’est inscrit pour partir en Inde avec le travail. Il sait qu’il saura communiquer et que son niveau est suffisant. Bravo Tarek!

bravo pour avoir pris confiance à l'oral en anglais!

Consultez les autres articles pour découvrir d’autres cas clients, mes conseils pour apprendre l’anglais, des règles de grammaire ou des listes thématiques de vocabulaire! Notamment, mes 5 conseils pour apprendre l’anglais en tant qu’adulte. Si vous êtes intéressé par une formation en e-learning spécifique à l’anglais de la finance, Gymglish propose un parcours intéressant.

Pour avoir davantage d’information sur les cours d’anglais c’est par ici 🙂

Apprendre l’anglais en tant qu’adulte : 5 conseils.

Eh non ! Les adultes ne sont pas moins bons à l’apprentissage d’une langue que les enfants. Les enfants peuvent certes assimiler les accents et les sons plus facilement. Mais votre cerveau d’adulte est bien plus efficace pour apprendre. Alors, prenez confiance en vous. Vous êtes capable de parler anglais si vous y consacrez suffisamment… Lire la suite Apprendre l’anglais en tant qu’adulte : 5 conseils.

Élodie : apprendre l’anglais pour le plaisir et pour ses clients anglophones

Élodie m’a contactée car elle souhaitait reprendre les bases en anglais. Elle était du niveau « faux débutant ». Elle est propriétaire d’un magasin de vêtements et accueille parfois des clients non francophones. Élodie souhaitait surtout reprendre l’anglais pour elle, pour son plaisir et pour ses voyages à l’étranger. Les appréhensions C’était très stressant pour elle de… Lire la suite Élodie : apprendre l’anglais pour le plaisir et pour ses clients anglophones

Cas client

Élodie : apprendre l’anglais pour le plaisir et pour ses clients anglophones

Élodie m’a contactée car elle souhaitait reprendre les bases en anglais. Elle était du niveau « faux débutant ». Elle est propriétaire d’un magasin de vêtements et accueille parfois des clients non francophones. Élodie souhaitait surtout reprendre l’anglais pour elle, pour son plaisir et pour ses voyages à l’étranger.

Les appréhensions

C’était très stressant pour elle de communiquer en anglais. Pendant les premières minutes de nos séances, je lui demandais en anglais comment elle allait, ce qu’elle avait fait le week-end précédent. Dès qu’elle ne me comprenait pas, elle me le disait en français et me demandait des explications. Je ne pouvais pas envisager une immersion immédiate avec Élodie. Il fallait commencer doucement.

Les débuts

Nous avons étudié des situations liées au voyage pour commencer. On apprenait des phrases utiles pour commander au restaurant, commenter son assiette, demander quelque chose au serveur… Cela nous permettait d’apprendre du vocabulaire thématique, d’étudier des points de grammaire (Can I… ? / Could you… ?), de travailler la prononciation. Surtout, ça nous permettait de pratiquer l’anglais oral à l’aide de sketch. C’était moins impressionnant qu’une conversation, et davantage guidé.

Élodie a adoré étudier les situations liées à son métier. Elle a appris du vocabulaire avancé (‘sequins’ = paillettes, ‘a studded purse’ = un sac à main à clous). Nous nous sommes bien amusées pendant les sketches client/vendeur.

De fil en aiguille

Petit à petit, Je donnais les consignes en anglais pour un exercice ou deux. Puis nous avons essayé de faire une immersion pendant une demi-heure avec des tâches simples sans utiliser le français. Nous avons progressé vers l’immersion complète par étapes. Ça fait maintenant plusieurs mois que la totalité de la séance est faite en anglais. Élodie se débrouille très bien !

Quand un mot n’est pas compris, je lui explique avec des mots simples, ou je lui montre sur Google Image. Évidemment, quand nous travaillons sur des points compliqués, je réexplique parfois en français à la fin du cours pour éviter toute confusion. Mais ça n’arrive pas souvent 😊 Bravo Élodie !

Consultez les autres articles pour découvrir d’autres cas clients, mes conseils pour apprendre l’anglais, des règles de grammaire ou des listes thématiques de vocabulaire!

Pour avoir davantage d’information sur les cours d’anglais c’est par ici 🙂

Be used to, get used to, used to

Quelle est la différence entre ‘be used to’, ‘get used to’ et ‘used to’ et comment sont-ils utilisés? La différence de sens entre ‘used to’, ‘be used to’, ‘get used to’ 1.Used to est utilisé pour parler d’une action ou une situation au passé qui n’est plus d’actualité aujourd’hui. ‘Used to’ s’utilise seulement pour parler… Lire la suite Be used to, get used to, used to

Cas client

Cas client: Tatiana

Son profil

Tatiana, jeune maman en transition professionnelle, m’a contactée en novembre 2020 pour prendre des cours d’anglais. Elle se sentait un peu frustrée quand, pendant ses voyages à l’étranger, elle ne parvenait pas à communiquer avec les locaux et elle souhaitait reprendre les bases.

Quand je l’ai rencontrée, Tatiana avait le niveau qu’on appelle « faux débutant ». Elle avait suivi des cours d’anglais pendant sa scolarité. Elle comprenait un peu à l’écrit, mais elle ne savait pas vraiment parler anglais. Sur l’échelle du CECRL, je la situais au niveau A1.

Les débuts

Tatiana n’était pas débutante. A ce niveau, j’essaie déjà de faire la totalité du cours en anglais. Je me rappelle avoir été très déçue du premier cours. Tatiana avait du mal à me suivre, elle ne comprenait pas les consignes des exercices, elle était un peu perdue.

Que faire ? Est-ce qu’on laisse tomber l’immersion pour reprendre les bases en français ? Je sentais que Tatiana n’avait pas peur de l’immersion. Alors, j’ai décidé de continuer à garder la totalité du cours en anglais.

J’ai préparé le deuxième cours avec énormément de précaution ! J’ai écrit mes consignes et je les ai apprises par cœur. Pour bien faire, j’ai répété le cours avant qu’il ait lieu et j’ai créé des visuels… Ça a super bien marché !!! Nous n’avons jamais dû faire un cours en français.

Des séances personnalisées

Nous avons eu des séances très originales. Pendant plusieurs mois, Tatiana a fait des travaux dans sa maison. Elle avait souvent envie de me parler de l’avancement des travaux, mais n’avait pas le vocabulaire. Nous avons donc appris à dire ‘une perceuse’ (a drill), ‘refaire une chambre’ (renovate a room). On en a profité pour apprendre le Present Perfect avec ce thème !

Les progrès de Tatiana

Tatiana aime les challenges. Elle a repris des études d’esthétique et pour continuer de progresser, elle a décidé d’effectuer tous ses stages à l’étranger ! Son premier stage s’est déroulé à Malte en novembre 2021. Je me rappelle la panique dans ses textos « mais pourquoi j’ai voulu faire ça, qu’est-ce qui m’a pris ? ». Et pourtant, elle est revenue enchantée ! Elle s’est fait des contacts à Malte, et c’était un excellent moyen de pratiquer l’anglais.

La méthode ‘Tatiana’

Nous avons travaillé en privilégiant l’immersion avec des séances très personnalisées car ça m’a semblé être la meilleure méthode avec Tatiana, et ça a marché !

J’ai commencé à enseigner en cours particuliers à 3 apprenantes d’à peu près le même niveau en même temps. Je n’ai pas du tout utilisé la même méthode pour les 3 élèves. Elles ont toutes beaucoup progressé et nous faisons la totalité du cours en anglais. Je n’ai pas commencé tout de suite en anglais avec Sigrid. On a d’ailleurs mis plusieurs mois avant de passer à l’immersion.

Emma : compenser le manque de cours d’anglais dans les études pharma
Quand j’ai rencontré Emma il y a bientôt 2 ans, elle était …
Parler de la personnalité en anglais
Comment décrire une personnalité en anglais? Quelques expressions courantes.
La prononciation en anglais
Dans cet article, vous trouverez mes conseils pour aborder la prononciation en …
Amine et Camille: partir travailler à l’étranger
Cas client de Amine et Camille qui ont suivi une formation en …